Mestieri di strada India

LOS DIEZ TRABAJOS DE CALLE MÁS FASCINANTES DE LA INDIA: WALA

En Inde, la rue est un monde à part entière : on y mange, on y dort, on se lave et même on y travaille

 

Lorsque j’ai déménagé en Inde il y a plus de quatre ans, j’ai commencé ma nouvelle vie en tant que local desi comme on dit ici. Lorsque vous déménagez dans une ville autre que votre ville natale, vous commencez à prendre des notes mentales sur le supermarché, la pharmacie, le coiffeur, la blanchisserie, le marchand de journaux, la station de taxis, etc. les plus proches.

Je me suis perdu pendant les deux premiers mois, je n’ai pas trouvé un certain nombre de services communs.

Puis tout à coup vous avez l’illumination… eureka !

Un tout nouveau monde s’ouvre devant vous, il était là au bout de vos doigts, et je ne l’avais jamais vu auparavant. J’étais complètement absorbé dedans, au fond j’y vivais et je ne m’en suis jamais rendu compte.

Me refiero al mundo de nada(o walla o wallah) ¡y están por todas partes!

nada c’est un suffixe qui est utilisé pour indiquer « ce que… » fait (ou vend) quelque chose.

Voici donc les dix métiers de rue les plus courants en Inde que vous verrez sur toutes les routes indiennes, du Nord au Sud.

1) Le CHAÏWALA

En la India, chaï signifie thé. Un chaiwallah est donc celui qui fabrique ou vend du thé ou les deux !

Les chaiwallahs en Inde fabriquent leur chai frais toute la journée, tous les jours, en utilisant du thé noir, de la racine de gingembre, de la cardamome, de la cannelle, des clous de girofle, du poivre noir et de nombreuses autres épices selon la région.

Comercio ambulante India | Chaiwala

Quand je l’ai essayé pour la première fois, je l’ai trouvé presque désagréable, et j’en ai parlé dans mon blog sur la différence entre le café et le masala chai. Aujourd’hui je dois avouer que je l’apprécie beaucoup plus mais j’essaie toujours de prendre celui du chaiwala dans la rue plutôt qu’à la maison, car il a une saveur particulière, sans pareille, peut-être due au fait qu’ils utilisent beaucoup plus de lait et de sucre ou peut-être parce qu’ils utilisent le même pot du matin au soir.

Pourtant, le chai en Inde n’est pas une simple boisson à déguster, mais une vraie religion, avec tous ses rituels, fait partie intégrante du rythme de vie, du désert du Thar au Rajasthan aux plages du Kerala, des studios de Bollywood aux Mumbai aux centres d’appels technologiques de Bangalore. Les chaiwallahs interagissent avec des clients de toutes sortes et pour cela ils peuvent raconter l’histoire de l’Inde dans toute sa complexité.

2) RIKSHAWALA

Él rikshawala il est conducteur d’un pousse-pousse à pédales. Rikshawala est l’un de mes walas préférés car, malgré certains aspects négatifs et peut-être un peu tristes, il facilite grandement ma vie en Inde. Chaque fois que vous vous retrouvez à parcourir des distances trop longues pour marcher ou trop courtes pour prendre un taxi, le rikshawala est la bonne solution, tout comme il est indispensable lorsqu’il fait très chaud ou si la mousson a inondé tout le quartier.

Tiendas callejeras India | Rikshawala en la Vieja Delhi

Ces gens mènent des vies très dures, on les voit dormir recroquevillés dormir sur le pousse-pousse ou sur les trottoirs. Ils peuvent gagner jusqu’à 500 roupies par jour et si l’on considère que le salaire d’un ouvrier d’usine est d’environ 7 000 roupies par mois, les gains sont assez élevés. En Inde on dit toujours qu’il faut tout marchander : ici le rikshawala est la seule catégorie avec laquelle je n’ai pas envie de marchander et si je peux, 10 roupies de plus je leur laisse volontiers, vu les conditions dans lesquelles ils travaillent, ça n’est pas vraiment le cas d’être pointilleux.

3) LA AUTOWALA

La autowala c’est lui qui conduit le tuk tuk, une sorte de voiture Ape qui à Delhi est verte et jaune, à Mumbai vous la trouverez jaune et noire, au Rajasthan elle est multicolore. Bien que le nombre maximum de balades soit de trois, vous constaterez très souvent qu’elles sont surchargées et que vous pouvez facilement compter jusqu’à 12 passagers, une sorte de forme primordiale de covoiturage.

Oficios de la calle | Autowala en Rajasthan

Métiers de rue | Autowala au Rajasthan

Ils sont équipés d’un taximètre appelé mètre mais je crois qu’en plus de 4 ans, je ne l’ai vu utilisé que deux fois. Il faut négocier le prix à l’avance pour ne pas avoir à débourser 500 roupies pour un trajet qui en coûte 50. Quant à Delhi, où j’habite, il est utile de se faire une idée des tarifs sur le página web oficial de la policía de tráfico avant de commencer une course, au moins on pourra négocier plus facilement.

4) El SABZIWALA

Le sabziwala est le marchand de légumes, généralement perché sur son chariot mobile. Peut-être représente-t-il une première approche pratique de la langue hindi ainsi qu’une excellente formation à la négociation pour ne pas se faire avoir sur le prix, apprendre les chiffres et connaître tous les potins du quartier. Bref, quand on dit pas que des légumes.

El sabziwala móvil recorre el barrio con su carro, pero también están los de los pasos estables o los mandi, c’est-à-dire les marchés de gros de la distribution. Les prix varient beaucoup entre l’un et l’autre bien sûr et j’ai la chance d’habiter à côté d’un mandi, donc ça veut dire que je paye 50 rs le kilo pour une salade au lieu de 200 et croyez moi, c’est vraiment un gros plus.

Comercio ambulante India | Sabziwala

Comercio ambulante India | Sabziwala

Ici, contrairement à l’france, ceux qui vendent des légumes ne vendent pas de fruits et vice versa. Ce sont des fonctions distinctes, tout comme ceux qui vendent des fruits ne vendent jamais de bananes pour lesquelles il existe un vendeur distinct. Idem pour l’ananas. Je n’ai toujours pas compris la raison de cette séparation mais tant pis.

5) EL PANIWALA

Pani en hindi signifie eau et paniwala est le vendeur d’eau au verre, pour la modique somme de 2 roupies. Précisez une inscription sur le chariot « eau osmosée » : cela signifie que son eau est purifiée avec un système d’osmose inverse, seulement pour imaginer ce que contient le chariot. Vous le verrez circuler dans les quartiers les plus centraux de Delhi ou dans l’Inde rurale.

Comercio ambulante India | Paniwala

Comercio ambulante India | Paniwala

6) ISTHRIWALA

Voici un engin très utile en Inde surtout quand il fait chaud ou quand il n’y a pas d’électricité : la repasseuse à charbon. Oui, en Inde on continue de repasser au charbon. Pour 5 roupies il repassera une chemise, 10 pantalons, un peu plus pour un sari. Si l’on considère les coûts de l’électricité en Inde, la chaleur, les surtensions, le peu de temps disponible, et le faible coût du service proposé, c’est certainement un métier qui rapportera toujours des bénéfices, malgré la naissance des blanchisseries professionnelles et du repassage. magasins qui, pour le même service, facturent au moins 250 roupies chacun.

Tiendas callejeras India | Isthriwala

Tiendas callejeras India | Isthriwala

7) El PAANWALA

Una de las costumbres de los indios es mâcher le paan, c’est-à-dire une collation préparée avec de la feuille de bétel, de la noix de bétel, parfois du tabac, dépend du goût. Le paanwala est celui qui prépare et vend le paan. La mastication produit de la salive que les Indiens surgissent ponctuellement partout, laissant des taches rouges bien visibles sur les bâtiments, etc.

Comercio ambulante India | Paanwala

Bien que les effets nocifs de cette collation aient été établis, le paan est même servi lors des mariages et après les pujas de Diwali comme une sorte de bénédiction. Je l’ai essayé une seule fois et le goût n’était pas mauvais, il faut l’avaler ou l’expulser, cela dépend de la quantité.

8) Akhbarwala

Lorsque vous voulez lire les dernières nouvelles, ne perdez pas la tête à chercher un marchand de journaux, les journaux en Inde sont souvent vendus dans la rue. El akhbarwala es prácticamente el quiosquero.

Artesanía de la calle India | Periódicos

Artesanía de la calle India | Periódicos

De plus, il est possible de profiter du service de distribution porte-à-porte des journaux distribués depuis l’akhbarwala central de chaque quartier. Tous les trois mois, les mêmes journaux sont ensuite collectés, pesés et rachetés par le distributeur pour recyclage du papier. Pas mal pour un pays du tiers monde, non ?

 

9) El KABADIWALA

Chaque matin, une mélopée résonne dans les rues du quartier… »kabariiii« : et le no saben ou celui qui collecte les déchets de toutes sortes, en porte à porte, à la maison, au bureau, n’importe où. Les déchets sont ensuite triés par sexe, nettoyés et recyclés. Récemment J’ai aussi découvert un site où l’on peut réserver un kabadiwala. Je me souviens quand il y avait une urgence de déchets à Naples et on parlait du fait que le camion de collecte ne va pas partout. Ici quelqu’un de mon quartier a inventé l’artisanat Kabadiwala, il a pris 5€ par famille par mois… ils l’ont bloqué au bout d’un mois faute d’autorisations.

Comercio ambulante India | Kabadiwala

Comercio ambulante India | Kabadiwala

Evidemment, malgré la présence des kabadiwala, les indiens sont encore trop loin du niveau de civisme que l’on souhaiterait et malheureusement les scènes de tas d’ordures sur les bords des routes ou même sur les arbres ne sont pas rares car elles sont littéralement jetés des balcons.

 

10) CHAATWALA

Él Discutir est un type spécifique de comida callejera e incluye varios aperitivos, así que celui qui le prépare et le vend s’appelle chaatwala. Généralement ils ont tous une base de pâte frite à laquelle sont ajoutés différents ingrédients : dhai bhalla, aloo tikkis, samosa, bhel puri, dahi puri, panipuri, papri chaat et sev puri et ainsi de suite. Vous pouvez les trouver littéralement partout, avec leurs étals mobiles, évidemment ils ne sont pas hygiéniques car ils sont exposés à la pollution et aux insectes. Mon préféré est l’aloe tikki, à base de pommes de terre.

Comercio ambulante India | Chaatwala

Comercio ambulante India | Chaatwala

 

Parmi les métiers de la rue, il faut citer deux catégories particulières qui représentent parfaitement l’essence de l’Inde : les naai et les dabbawala de Mumbai.

 

El NAAI

Véritable institution dans toute l’Inde, le barbero de la calle. Si vous pouvez trouver votre coiffeur de confiance et que vous êtes sûr des conditions d’hygiène, vous devriez l’essayer au moins une fois dans votre vie. Le coût est dérisoire : 20 roupies pour la barbe, 40 pour la coupe de cheveux et si vous avez vraiment de l’argent à dépenser, avec 50 roupies vous pouvez aussi vous faire masser le visage et la tête.

Tiendas callejeras India | Naai

Commerces de rue Inde | Naaï

Pour les mêmes services dans un salon de beauté ou un salon, vous devrez débourser au moins 700 roupies. Le Naai est connu pour être particulièrement expérimenté mais il est primordial que vous en trouviez un hygiénique sinon vous pouvez contracter quelques infections.

El DABBAWALA

Considéré comme le wala par excellence, el Dabbawala de Bombay est une figure désormais connue dans le monde entier tant elle a fait l’objet d’études par la prestigieuse université américaine de Harward. Le Dabbawala est une personne dont le seul travail est de collecter les dabbas c’est-à-dire des contenants en métal, d’aliments cuisinés à la maison, et les remettre à la personne concernée au bureau à l’heure du déjeuner.

Le dabba, aussi appelé almuerzo, il est généralement composé de 2 ou 3 conteneurs dans lesquels sont stockés principalement du riz, du chapati, du dal et des légumes. Le dabbawala collecte au moins 30 dabba qui seront ensuite acheminés par les chemins de fer jusqu’à la destination indiquée sur le dabba, strictement en code. Une fois le repas consommé, le Dabbawala ramassera la boîte vide pour la ramener chez lui au domicile de la personne.

Comercio ambulante India | Dabbawala

Comercio ambulante India | Dabbawala

Les raisons d’utiliser un dabbawala sont nombreuses : généralement, le mari/père quitte la maison à l’aube pour aller travailler, et ce faisant la femme/fille a la possibilité de se reposer plus longtemps pour préparer le déjeuner. Le même arrive à destination dès qu’il est cuit, garantissant sa sapidité, et le destinataire n’est pas obligé de manger en permanence de la nourriture de rue dans des conditions d’hygiène qui laissent à désirer ou dépensent trop d’argent au restaurant. Le système est pratiquement infaillible !

La película Boîte à déjeuner, avec le grand Irfan Khan, montre à quel point le système dabbawala fonctionne. Vous pouvez voir le film complet sur Youtube AQUÍ, en hindi.

Ce sont selon moi les métiers de rue les plus fascinants en Inde mais évidemment il y en a bien d’autres. Il suffit de venir en Inde et d’en trouver d’autres dans les rues chaotiques et animées des fascinantes villes indiennes.


25 junio 2024 12h51

Scroll al inicio