Les secrets cachés de ma Delhi : la tombe de Safdarjung

Les secrets cachés de ma Delhi : la tombe de Safdarjung




Les secrets cachés de ma Delhi : la tombe de Safdarjung

Les voyageurs visitant Delhi, en particulier les étrangers, incluent toujours les monuments les plus célèbres de la capitale, tels que Jama Masjid, Qutub Minar, Fort Rouge et autres. Mais la capitale compte bien d’autres édifices intéressants que les visiteurs omettent souvent d’inclure dans leur itinéraire de voyage parce qu’ils sont moins connus. Là tomba à Safdarjung c’est l’une de ces merveilles architecturales et vaut vraiment le détour. Dans cette période où voyager est devenu plus difficile, paradoxalement, cela s’est transformé pour moi en une opportunité d’explorer la ville qui est devenue ma maison : Delhi.

Tombe de Safdarjung |  entrée principale de la rue |  Susanna Di Cosimo ©

Tombe de Safdarjung | entrée principale de la rue | Susanna Di Cosimo ©

J’ai visité ce monument au moins trois/quatre fois, récemment en compagnie de deux chers amis qui, comme moi, vivent ici en Inde, Valériapassionné de photographie, e Raphaëlleâme voyageuse, blogueuse de Se promener avec Raf et elle est aussi passionnée de photographie.

La tombe de Safdarjung  desi touristes |  Susanna Di Cosimo ©

La tombe de Safdarjung desi touristes | Susanna Di Cosimo ©

Nous sommes arrivés sur la tombe de Safdarjung vers 9h30, le soleil commençait à se réchauffer un matin rendu plus frais par une brise parfois glaciale. Après avoir payé le billet d’entrée, nous nous sommes arrêtés à la porte d’entrée pendant au moins 15 minutes, d’ici la vue sur le mausolée est spectaculaire.

La tombe de Safdarjung |  vue revenu |  Ph. Valéria Mourad ©

La tombe de Safdarjung | vue revenu | Ph. Valéria Mourad ©

Chantez la perfection et la grandeur de l’homme et de l’art. Chantez l’immortalité, chantez cet hymne à la vie que nous connaissons tous, que nous avons tous goûté au moins une fois. (Cit. Une promenade avec Raf)

L’entrée principale présente une structure à deux étages, avec une façade montrant quelques ornements tels qu’un jharoka, c’est-à-dire une baie vitrée en saillie, aux décorations florales très élaborées dans les tons rouge foncé et bleu. On lit ici une inscription arabe qui se traduit plus ou moins comme ceci : « Lorsque le héros du simple courage quitte la transition, il peut devenir un habitant du paradis de Dieu« . L’étage supérieur du bâtiment à l’entrée abritait également une bibliothèque de plus de 12 000 volumes, au moins jusqu’en 2014, date à laquelle il a été décidé de la déplacer avec les bureaux de l’ASI.

Tombe de Safdarjung |  entrée particulière |  Susanna Di Cosimo ©

Tombe de Safdarjung | entrée extérieure particulière | Susanna Di Cosimo ©

Tombeau de Safdarjung |  entrée intérieure |  Susanna Di Cosimo ©

Tombeau de Safdarjung | entrée intérieure | Susanna Di Cosimo ©

Aussi depuis la porte d’entrée, à droite, il y a l’entrée de la mosquée, pratiquement déserte et donc encore plus précieuse. Dès les premiers pas à l’intérieur de la cour, vous pouvez respirer un air plein de mysticisme, de respect, d’harmonie. La pierre nue sous les pieds est fraîche mais l’ambiance est chaleureuse.

Tombe de Safdarjung |  dans la mosquée |  Ph. Raffaella Vacis ©

Tombe de Safdarjung | dans la mosquée | Ph. Raffaella Vacis ©

D’un pas lent, nous montons les marches qui nous mènent à la mosquée actuelle. Il est encore tôt et certains des garçons font le ménage et se préparent pour la prière du vendredi. La mosquée est simple, un peu nue mais en même temps elle dégage une énergie très forte pour que nous restions au moins une quinzaine d’heures.

Tombeau de Safdarjung |  dans la mosquée |  Ph. Susanna Di Cosimo ©

Tombeau de Safdarjung | dans la mosquée | Ph. Susanna Di Cosimo ©

La tomba à Safdarjung est le mausolée du gouverneur d’Awadh Abul Mansur Mirza Muhammad Muqim Ali Khan, appelé Safdar Jung, (ourdou : صفدرجنگ, hindi : सफ़्दरजंग), et nommé ministre (wazir) par l’empereur moghol, Muhammad Shah, pendant les dernières années de l’Empire.

Construit entre 1753 et 1754, en grès et marbre, le tombeau de Safdarjung est défini comme le dernier jardin funéraire monumental des Moghols, et, évidemment de premier impact, la pensée va au bien plus connu Taj Mahal. Cela dépend de l’utilisation des éléments classiques des tombes de jardin typiques de l’architecture moghole.

Tombeau de Safdarjung |  les jardins |  Ph. Susanna Di Cosimo ©

Tombeau de Safdarjung | les jardins | Ph. Susanna Di Cosimo ©

Le jardin (auto) est une miniature de celui présent dans le plus célèbre tomba à Humayun, qui est également situé à Delhi. Un canal mène à la porte d’entrée tandis qu’un autre mène aux trois autres pavillons. Cette structure donne donc forme à un jardin quadrangulaire, et chaque carré est à son tour divisé en autant de quatre jardins. Les trois pavillons construits à l’ouest, au nord et au sud sont nommés Badshah Pasand, Jangali Mahal et Moti Mahal et la famille Nawab y résidait. Par la suite, les pavillons ont été utilisés comme bureaux de l’Archaeological Survey of India jusqu’en 2014.

La tomba di Safdarjung | desi tourists | Ph. Valéria Mourad ©

La tomba di Safdarjung | desi tourists | Ph. Valéria Mourad ©

Bien que la qualité des matériaux utilisés pour la construction de cette tombe ne soit pas excellente, l’aspect mammouth ne laisse personne indifférent et on ne peut s’empêcher de s’exclamer au moins une dizaine de fois »Oh wow! » à la vue de ce joyau méconnu.

La coupole à bulbe (gomme à mâcher), comparé au Taj Mahal, est plus allongé et la partie centrale a un pêche (c’est-à-dire la niche à l’intérieur du cadre) plus haut. Les quatre minarets placés aux quatre angles font partie intégrante du mausolée, tandis que dans le Taj Mahal ils sont séparés du bâtiment principal, et sont surmontés de chatri (pavillons en forme de parapluie). Les arcs sont décorés de motifs floraux et au sommet on trouve une fleur cruciforme. Il existe également de nombreux jharoka et l’inévitable Jalisou des fenêtres finement incrustées utilisées – dans ce cas – pour la ventilation.

Le tombeau, bien que construit dans le style du Taj Mahal, manque de symétrie puisque l’axe vertical a été accentué, ce qui lui donne un aspect déséquilibré et comme celui de Humayun, celui-ci aussi est posé sur un socle accessible par des escaliers placés latéralement.

Le bâtiment se compose d’une chambre centrale entourée de huit salles rectangulaires, à l’exception de celles placées aux angles qui ont une forme octogonale. Le site abrite deux tombes, celle de Safdarjung et une autre qui contiendrait les restes de sa femme.

Tombe de Safdarjung |  entrée du mausolée avec le tombeau |  Ph. Susanna DI Cosimo ©

Tombe de Safdarjung | entrée du mausolée avec le tombeau | Ph. Susanna Di Cosimo ©

Ce tombeau imparfait mais magnifique est l’un de mes endroits préférés, c’est un monument totalement ignoré des voyageurs qui arrivent à Delhi et qui échappent souvent au chaos de la ville. Cependant, ici même, il est possible de trouver une oasis de paix et de tranquillité où il n’est pas rare de rencontrer des étudiants ou des couples de jeunes qui échangent un câlin à l’abri des regards indiscrets. Alors, si vous voulez vous accorder du temps pour vous, apportez une collation, un bon livre et un appareil photo et détendez-vous !

Tombeau de Safdarjung |  détail du marbre incrusté |  Ph. Valéria Mourad ©

Tombeau de Safdarjung | détail du marbre incrusté | Ph. Valéria Mourad ©

Depuis juillet 2019, le complexe est équipé de plus de 200 lumières LED actives de 19h à 23h pour accentuer sa silhouette même la nuit. Pour le moment, l’entrée pour la vision nocturne n’est autorisée que jusqu’à 20h, un nombre limité, mais les horaires varient selon la saison, il est donc bon de se renseigner à l’avance.

Curiosité : en 2012, la tombe de Safdarjung a servi de plateau de tournage pour certaines scènes du biopic « Jobs », ainsi que d’autres lieux d’intérêt touristique comme Haus Khas, Jama Masjid, Chandni Chowk et la tombe de Humayun.

Tombeau de Safdarjung |  détail des minarets |  Ph. Valéria Mourad ©

Tombe de Safdarjung | détail des minarets | Ph. Valéria Mourad ©

Informations utiles sur la tombe de Safdarjung

  • En plus d’y aller en voiture ou en tuk tuk, le meilleur moyen de rejoindre le site est certainement le Métro, arrêt Jor Bagh, à 5 minutes à pied.
  • Le droit d’entrée pour les étrangers est de 300 rs et 25 rs pour les indiens.
  • Le mausolée est ouvert du lever au coucher du soleil, il faut donc s’adapter en fonction de la saison.
  • Sur place, il y a des toilettes publiques.
  • Il n’y a pas de kiosques pour acheter des boissons, il est donc préférable de s’approvisionner avant d’arriver.
  • A proximité il y a d’autres monuments merveilleux donc je vous propose de combiner la visite du tombeau de Safdarjung avec le jardin Lodhi, le tombeau de Humayun et Nizamuddin Dargah, de préférence à faire en deux jours complets.
La tombe de Safdarjung  desi touristes |  Susanna Di Cosimo ©

La tombe de Safdarjung desi touristes | Susanna Di Cosimo ©




1 commentaire

  • Tombe de Safdarjung. Correspondance de l’Inde – Balade avec Raffy (cliquez ici) il a dit:

    […] TOMBE SAFDARJUNG – QUE VOIR À DELHI […]

    Réponses

laissez un commentaire Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Articles récents

  • LE MARIAGE HINDOU : RITUELS, CÉRÉMONIES ET SIGNIFICATION

  • CUISINE DE RUE INDIENNE | PANIPURI – RECETTE DIY

  • VOYAGE À JAISALMER, LA VILLE D’OR DE L’INDE

  • CUISINE INDIENNE : CHOLE BHATURE | TOMBER AMOUREUX DES POIS CHICHES

  • TOMBE SAFDARJUNG – QUE VOIR À DELHI

  • CONSEILS SUR LES POURBOIRES EN INDE : QUI, COMBIEN ET QUAND

  • VOYAGE A BUNDI, VILLE D’ACCUEIL AU RAJASTHAN

  • VOYAGE À ORCHHA : LA PERLE CACHÉE DE L’INDE CENTRALE

  • VOYAGE A VARANASI – PARTIE I : LA VILLE SACREE

  • VISA POUR L’INDE POUR LE TOURISME : E-VISA OU TRADITIONNEL

Catégories

  • Culture

  • Fêtes et événements

  • Vivre en Inde


17 juillet 2024 17h13

Retour en haut