diario di viaggio india

Goa deixe-se levar na Índia

Bonjour à tous chers voyageurs aujourd’hui nous accueillons un amoureux de l’Inde connu grâce à la page Facebook du blog. Elle s’est avérée utile pour commenter une question de l’un d’entre vous à un article précédent sur l’Inde. C’est Sara mieux connue sous le nom de Chandana et aujourd’hui, elle nous a fait un beau cadeau en partageant avec nous son récit de voyage à Goa.

Je pensais que l’Inde était un rêve impossible jusqu’à ce que je réalise en moi que il suffisait de se décider à l’entreprendre!

Quand il s’agit de l’Inde, ils se déchaînent réactions contradictoires parmi les gens : qui y est attiré et en rêve, qui n’y irait jamais car peut-être ne voit-il que la saleté et la misère de loin, qui y est allé une fois, deux fois et toujours ensorcelé, qui s’est enfui comme un enfer.

O que é verdade é o que alguém disse: pode dizer-se tudo sobre a Índia, e o contrário de tudo.

Avant de partir, avec ma compagne, nous ne comprenions pas l’immensité de ce pays.

Dans nos fantasmes, nous aurions déménagé nonchalamment du Nord au Sud en un mois, heureusement des amis plus expérimentés nous ont fait comprendre que la nôtre était une idée plus folle que le (merveilleux) voyage que nous allions vivre. C’est ainsi que nous avons accepté l’invitation d’un couple d’amis chers : Pourquoi ne viens-tu pas à Goa ? Nous vous aiderons les premiers jours. Ensuite, vous irez où vous voulez.

À peine dit que c’était fait. Billets réservés avec Qatar Airways, nous nous sommes plongés dans cette belle aventure.

(Pour la première fois, nous avons décidé de faire appel à une agence qui a également traité les procédures de visa, mais ensuite nous le ferons seuls)

Après une très longue escale à Doha (nous en avons profité pour visiter la ville), nous sommes arrivés directement à Goa.

Diário de viagem de Goa na ÍndiaDo meu diário destes dias:

Je t’ai vu la nuit depuis les hublots de l’avion, ces douces lumières vues d’en haut faisaient briller mon cœur. Alors que l’avion descendait, j’ai déjà senti ton étreinte. Je me souviens du premier impact, dès notre arrivée, cet air humide et doux qui s’imposait à ceux qui arrivaient et se cousait comme une seconde peau sans choix.

… Quand tu dis Goa, beaucoup te parlent de high, de rave parties sur la plage, d’une India »emballé pour « 

que nous n’avons pas du tout touché… Comme partout, cela dépend de ce que vous voulez voir, de ce que vous recherchez.

Il n’y a pas de meilleure façon de découvrir l’Inde, laissez-vous aller et faites-en l’expérience. Respecter les lieux et les personnes, nous rappeler que nous sommes les hôtes d’une terre ancienne. Chaque expérience sera différente pour chacun, tout comme chaque récit de voyage. En y réfléchissant, il y a un point commun pour ceux qui l’aiment : si vous la laissez faire, l’Inde sait charmer, elle sait voler votre cœur.

Diário de viagem de Goa na ÍndiaExtrait de mon journal des premiers jours de Goa :

Nous avons traîné parmi les palmiers, marchant le long des rues rouges, longeant les maisons portugaises, nous arrêtant sous les banians, envahis par les corbeaux. Nous sommes rentrés tôt le soir. A dix heures, la vie de la petite partie de la jungle dans laquelle nous séjournions s’est évanouie. Nous nous sommes donc arrêtés sur le balcon de la petite pension pour lire, écrire et grignoter quelque chose. Puis nous sommes allés nous coucher et notre couverture de rêve était le bruit de la mer. Se réveiller ensuite avec le coassement des corbeaux.

Diário de viagem de Goa na ÍndiaEn ces premiers jours d’installation, on ne s’engageait sur la route goudronnée que pour se rendre au petit supermarché pour faire les courses et parcourir les rayons d’encens et de biscuits et cosmétiques de l’Himalaya, ou au stand d’à côté, pour boire au noix de coco. Avec quelle habileté il a été ouvert !
Dans un de ces moments heureux, j’ai regardé au coin de la rue pour voir ce qu’il y avait là et, choqué, j’ai découvert le rangée de cabanes délabrées et silencieuses. Nous y sommes aussi, disaient-ils, cachés mais nous y sommes.

diário de viagem na ÍndiaParfois, les ruelles riantes de notre quartier s’assombrissaient pour une scène étrange à nos yeux occidentalisés comme la femme qui fouillait dans les poubelles pour ramasser des bouteilles en plastique ou les garçons qui travaillaient avec un panier de pierres sur la tête, pour quelques roupies par jour. jour.
Mas nas horas que se seguiram vous n’avez pas seulement été frappé par ce que vous avez saisi à première vue, mais aussi par ce que vous avez réalisé.

Je serais encore capable de marcher avec fierté, serais-je capable d’apprécier le moment dans ces circonstances comme ce garçon qui marchait calmement avec des kilos de pierre sur la tête en fredonnant la musique qui provenait du petit téléphone portable posé dans la poche arrière de son jean ?

De cette époque je me souviens des plages immenses et du rugissement de la mer, des shaks sur la plage (la cuisine de Goa est excellente, du moins pour moi), du trajet en bus pour aller au marché de Calangute avec notre ami.

Tous écrasés, proches des Indiens. Et une fois arrivé au marché, aquele cheiro pungente que nos sobe ao narizqui est un mélange d’épices, de poisson, de fleurs, de viande avec des mouches autour.

diário de viagem indiaLa débauche de couleurs des saris féminins et des fruits et encore plus d’épices et de fleurs.

La idli pour le petit déjeuner, ce piquant qui enflamme la bouche et sucre plus tard avec des graines de fenouil à croquer. Ou à d’autres moments, un petit-déjeuner aux fruits tropicaux.

La nuit où nous avons collecté frangipanier parfumé ao pé de uma árvore.

Les sorties en voiture, avec le chauffeur légendaire, souriant et moustachu, qui nous a emmenés à Arambol, où nous avons vu des hippies qui semblent n’en être jamais sortis.

La Praia de Arambol c’est immense et je n’oublierai pas les pêcheurs qui ramassaient leurs filets au coucher du soleil, les enfants qui nous demandaient de leur acheter du coca-cola, leurs yeux très noirs. Et le blanc sourit.

É sempre le marché du samedi aux puces et à Anjuna.

Les couchers de soleil enflammés.

Et les scènes que nous avons vues de la fenêtre : les faux sadhus avec l’éléphant, les petits temples parmi les palmiers, avec les caisses dehors et les hymnes sacrés fustigés à plein régime. Le premier singe aperçu. Et le vert, très vert, qui pénètre en vous et ne s’en va jamais. Comme ces endroits.

Après Goa, nous avons déménagé au Karnataka et au Tamil Nadu, où le voyage a pris une tournure aventureuse et spirituelle, selon l’endroit. Pour ensuite fermer, comme un cercle parfait, là où il a commencé.

Mas eu conto-te da próxima vez, se quiseres. Namastère!

Chandana Sara


17 Julho 2024 17h13

Deslocar para o topo